Abonnez-vous à notre newsletter
Nom     Email


About Technologie

Le futur du montage vidéo est sur Internet

 

De plus en plus de solutions de montage vidéo nous sont proposées de manière dématérialisée dans le cloud.

Vous n’êtes peut-être pas tous initiés au montage vidéo classique bien que cette discipline tende quelque peu à se populariser avec l’offre de logiciels comme (Imovie de Apple par exemple, les youtubeurs en raffolent !) toujours plus rapides et intuitifs à prendre en mains, avec passablement d’options d’automation, balance automatique des couleurs, stabilisation de l’image, montage automatique, etc... Mais ce n’est pas tout, la popularisation de l’utilisation des drones, l’énorme bouleversement du selfies vidéos (merci Gopro) et l’avènement du VLog sur youtube nous demande de produire des montages de plus en plus rapidement et de manière la plus optimale possible. Avec les solutions que l’on trouve dans le cloud, le stockage des médias et l’utilisation des ressources de calcul sont simplement déportées mais le principe reste le même, un simple timeline rassurante et un ensemble de médias audio et vidéo que nous nous amusons à mettre côte à côte afin de raconter une belle histoire.

J’ai tout de même une bonne news à vous proposer, le domaine est encore en train d’évoluer et il se simplifie encore ! Je vous propose de découvrir une interview de Ulrich Fischer de la société Memoways qui travaille justement sur cette évolution depuis plus de 8 ans et qui nous propose une technologie bien avant-gardiste comme on les aime.

.

L’idée est des plus simple sur le papier; il laisse le principe du montage vidéo classique de côté pour réinventer la dynamique de construction du film. Ainsi le réalisateur du film ou du documentaire va travailler sur un ensemble de séquences auxquelles il va attribuer un ou plusieurs tags (marqueurs nominatifs) afin de les classifier ou catégoriser. C’est le système qui va définir le média final en le composant selon des critères issus de ces fameux marqueurs, de leurs durées ou simplement en formulant des playlists. Les séquences vidéos vont être alors détectées et utilisées comme de simple flux de média (exemple avec les flux rss) et seront encapsulées les unes dans les autres constituant ainsi une oeuvre à regarder et à partager. Ce qu’il faut comprendre c’est que le film reste pleinement dynamique et peut être changé à n’importe quel moment. C’est là toute la différence avec la méthode dite de montage classique qui nous impose de “rendre” de manière définitive le document vidéo final afin de le mettre à disposition sur internet ou dans un espace de projection. L’avantage réside dans la possibilité de faire évoluer la vidéo afin de lui permettre de s’adapter à un timing. Il est très simple d’ajouter le tag “alternatif” sur certaines séquences et de disposer ainsi de parties interchangeables pour réduire la durée de diffusion.

Le player qui nous permet de voir et de partager les films s’appelle “Comet” il arrive à enchaîner les séquences qu’il nous propose sans interruption et c’est grâce à cette particularité que la magie devient soudainement possible. Il ne s’agit plus d’un film ou d’un document vidéo correspondant à la définition standard de la discipline mais un ensemble de séquences organisées par une machine nous donnant l’illusion de regarder un film.

Voici un lien pour en savoir d’avantage sur le sujet et sur Ulrich Fischer.

Pour découvrir son blog

Comme d’habitude, si vous avez aimé ou simplement adoré cet article alors ne vous arrêtez pas en si bon chemin et faîtes-en profiter votre entourage et vos amis passionnés de vidéo sur internet en utilisant les petits boutons de partage, qui vont bien, en bas de l’article :) Merci d’avance !

Montage vidéo - Interview - Storytelling - Technologie - Internet - Futur
January 11, 2017 by Greg M