Images 3D photoréalistes pour un projet horloger

Production d’images illustratives de montres en 3D

J’ai décidé de vous parler d’un projet d’illustrations dans le domaine de l’horlogerie, réalisé en images de synthèse, dont le but fut de mettre en lumière une gamme complète de montres afin d’illustrer le catalogue de présentation pour la foire horlogère de Bâle.

Pour ce projet, j’ai choisi d’utiliser le logiciel Blender 3d pour sa faculté extraordinaire de pouvoir prévisualiser l’aspect final de la montre de manière dynamique tout en changeant les paramètres des matériaux et le réglage de la lumière avec le moteur de rendu “Cycles”. J’ai pu ainsi, une fois les modèles prêts, organiser plusieurs séances dites “live” (interactives) permettant d’apporter les dernières modifications mais également de prendre des décisions au niveau du cadrage, du point de vue de la profondeur de champ et de l’aspect des matières en collaboration avec le client.

La raison pour laquelle ce type de travail s’avère nécessaire et qu’il arrive parfois que le client ne dispose pas de toutes les pièces pour constituer les montres et qu’il est par conséquent absolument impossible de procéder à un shoot photographique du produit. Le client dispose la plupart du temps des fichiers numériques de construction de type “CAD” industriel sur lesquels je peux quasi immédiatement travailler. Les petites contraintes peuvent être liées en général à la taille des images à réaliser car les fichiers issus de ce type de logiciel ne me donne pas de la géométrie exploitable à 100% dans nos softs de visualisation. Il s’agit de géométrie de type surfacique NURBS (pour Non-Uniform Rational Basis Splines), les éléments surfaciques sont définis par des fonctions mathématiques. En revanche, dans les logiciels que nous exploitons pour mettre en image les montres nous avons recours à des triangles ou carreaux “Quads” qui tissent une toile géométrique afin de définir les volumes des objets. Ce qui nous amène à convertir et donc de donner une espèce de définition aux objets lors du transfert. Nous pourrions comparer cette étape à la conversion d’un tracé vectoriel dans illustrator en image de type .jpeg dans le domaine du graphisme traditionnel. Ceci étant, nous ne pouvons alors pas nous approcher indéfiniment de la montre car nous serions alors victime de la nouvelle définition des pièces. Le seul moyen alors est de procéder à la remodélisation de toutes les parties nécessaires à la qualité d’affichage de la montre.

La mise en lumière est assez complexe. Elle nécessite un grand nombre de sources lumineuses comme des “Area” surfaces d’éclairage de nature et de formes différentes. Leurs positionnements autour du modèle nécessitent beaucoup de temps pour qu’ils n’interfèrent pas les uns avec les autres.

Voilà, je pense avoir décrit correctement le type d’événements que l’on peut être amené à rencontrer dans ce type de travaux.

Laissez un message :)