La disparition du travail, une nouvelle réalité dans nos vies

En réalité le travail ne disparaît pas vraiment, c’est une appellation quelque peu érronée. Il n’est simplement et ne sera plus réalisé par des êtres humains

Mais alors que vais-je faire de ma vie et de mes journées ?

La réponse est finalement très simple. Je vais faire des activités; et c’est vraiment fondamentalement différent !

Les activités, c’est ce que je fais pour me faire plaisir, pour me développer (socialement et intellectuellement), pour rendre service à quelqu’un ou pour participer à la vie sociale de mon environnement proche.

Le travail, c’est une activité que j’exerce avec obligation, pour me permettre de survire dans une réalité économique qui m’échappe complètement et qui est organisée par une oligarchie sur laquelle la société civile a totalement perdu le contrôle.

Il devient donc agréable d’imaginer que cette dernière va être entièrement assumée par nos amis les automates ou autres algorithmes sophistiqués.

Dans les faits, le travail n’est pas vraiment très ancien contrairement à ce que l’on peut supposer (ou nous raconter à l’école); il a à peine 300 ans ! Avant cela, le peuple avait des activités et cela durant plus de 16’000 ans.

La racine étymologique du mot “travail” est Tripalium qui n’est autre qu’un instrument ou dispositif, composé de trois pieux, servant à immobiliser ou à torturer. Les Romains s’en servaient pour punir les esclaves rebelles.

Cela nous renseigne immédiatement sur le caractère positif de son bien-fondé.

La plupart d’entre nous se disent; l’intelligence artificielle ne progresse pas vraiment très vite. Très bien. Il faut savoir que dans les années à venir, une machine munie de la capacité intellectuelle d’un simple moineau, sera capable de remplacer plus de 100’000 personnes (ou simplement d’éradiquer les espèces en règne du moment), pour les deux raisons suivantes:

  • Une machine dénuée de la moindre intelligence peut déjà remplacer au moins 5000 personnes.
  • La machine avec son intelligence de moineau, elle, est capable de la prouesse de réaliser plusieurs milliers de milliards d’opérations par seconde. Du même temps, un simple être humain au sommet de ses capacités peut tout au plus en réaliser 2 voire 3 au grand maximum (vous pouvez essayer pour voir).

En simple, il ne faut pas attendre l’intelligence artificielle suprême pour craindre une diminution de la nécessité de l’homme dans les tâches de productions classiques, une simple machine suffit !

Je vous invite à découvrir un article sur le revenu de base inconditionnel qui semble être une très bonne solution pour compenser la disparition du travail.

Laissez un message :)